RN(s)

Coincé entre deux claquements de portière. Le premier annonce mon départ. Je fonce. Projection dans le paysage assis face à la route. Le goudron se déploie. Je ne fixe rien car tout va trop vite. Mon oeil bute sur les bosquets, les panneaux, les maisons. La vitesse étire les talus, tranforme les paysages en fils, défait leur matière. Et la mienne. Fragments. Ennui. Torpeur. Ma conscience s’englue impuissante face au déluge des lieux. Obturation. Déclenchement de ma pensée. Ma voiture est une machine à penser. Je fonce. Je pense. Les mots arrivent en pointillé, les idées filent. Maintenant, je roule au ralenti. Je suis en vacance.